8% des université espagnole souffre peur irrationnelle ne apporte pas cellulaire

Plus 13, 2016 Admin Santé 0 13
FONT SIZE:
fontsize_dec
fontsize_inc

Le nomophobia est pas une maladie en soi, mais un symptôme de la dépendance à la cellule. Selon un chercheur de l'Université de Grenade, faible estime de soi, une mauvaise acceptation du corps propres déficits de compétences sociales et la résolution des conflits, en favorisant la présence de ce trouble.

8% des étudiants universitaires espagnols souffrent nomophobia (abréviation des mots «non-téléphone mobile phobie»), l'irrationnel transportez pas votre téléphone, dérivé d'un usage pathologique de la peur Mobile.




En outre, les jeunes accros aux téléphones cellulaires sont plus ennuyer lorsque les activités de loisirs sont plus extravertie et chercher de nouvelles sensations plus qui ne sont pas toxicomanes, mais ont une faible estime de soi de ces.

Cela a été déclaré dépendances expert et directeur du Département de Personnalité, Traitement de l'évaluation et de psychologie de l'Université de Grenade, Francisca López Torrecillas, qui a noté que, malgré certains auteurs pointer vers le nomophobia comme l'une des dernières maladies causées nouvelles technologies, ce est juste une symptôme de toxicomanie téléphone mobile.

Comme expliqué López Torrecillas, la dépendance sur la cellule se traduit par une utilisation plus fréquente du téléphone pour envoyer et recevoir des e-mail, SMS, MMS et (en plus d'autres programmes tels que WhatsApp); nouvelles consultations en cours et "maintenance" ou reportez-vous au téléphone avant d'aller au lit.

Caractéristiques de la personnalité

Le chercheur a noté que les toxicomanes ont souvent certains traits communs en mouvement de la personnalité, comme une faible estime de soi, une mauvaise acceptation du corps propres déficits de compétences sociales et la résolution des conflits.

Le nomophobia manifeste par des symptômes tels que l'anxiété, malaise, la colère ou de l'anxiété, le déni, la dissimulation et/ou minimiser le problème, la culpabilité et faible estime de soi.

L'expert dit que, à l'heure actuelle, de nombreux étudiants se appuient sur leurs téléphones mobiles "pour information ou trouver le soutien de leurs familles, qui sont parfois loin d'eux."

Les parents utilisent le téléphone pour surveiller les activités des enfants et des adolescents qui vivent à la maison à distance en utilisant le téléphone pour leur liberté et ont moins de supervision parentale.

Il ya aussi de nombreux adolescents (souvent jeunes) qui utilisent le téléphone pour éviter la surveillance parentale.

Ainsi dit Francisca López Torrecillas, "le téléphone mobile devient une sorte de cordon ombilical entre les étudiants et leurs familles, en particulier parmi les étudiants et leurs mères."

Le professeur de l'UGR souligne que les jeunes qui ont nomophobia "doivent être physiquement à côté de votre téléphone cellulaire, et de déclarer, même ils ne peuvent pas quitter la maison sans un téléphone mobile et si vous perdez ou cassez, vous vous sentez frustré, en colère et isolé."

Le chercheur a souligné que, dans le diagnostic de ce trouble, vous devriez envisager l'histoire de l'université ont souffert de troubles affectifs, d'anxiété et de toxicomanie affecte la présence de nomophobia.

Par conséquent, "il est nécessaire de concentrer les efforts sur ce groupe, puisque ces adolescents et les jeunes contemporains sont la première génération née entre ces instruments," at-il ajouté.

(0)
(0)

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha