Electrocomunication: le rôle de l'électricité dans la vie des poissons faiblement électriques

Plus 10, 2016 Admin Animaux 0 19
FONT SIZE:
fontsize_dec
fontsize_inc

Electrocommunication joue un rôle important dans les activités de poissons faiblement électriques. Il se compose de différentes intensités et de fréquences d'énergie électrique émise par un corps, et reçus par l'autre. Il "est un système très évolué qui participe dans le comportement social, comme la cour, l'évaluation et le compagnon d'agression» (Quintana & Pouso et Fabbiani et Macadar, 2011, p.84). En outre, ces poissons utilisent cette forme de communication pour défendre leurs territoires. Dans une étude, on a observé que quand un poisson mâle transgressé sur another`s territoire, résidant dans ce territoire serait rarement attaquer. Au lieu de cela, émettre de l'énergie électrique avec une fréquence comprise entre 8-12ms et 16-100ms, tandis que des coups d'avant en arrière, jusqu'à ce que l'intrus est parti (Baier & Kramer, 2007, p.123). Selon Lavoué, Miya, Sullivan, Arnegrad, et Hopkins (2012, p.2), certaines organisations, telles que l'anguille électrique, ils ont également développé la capacité de capturer leur proie, ou pour se protéger des prédateurs par l'administration de niveaux élevés électricité.

Les formes de electrocommunication peuvent varier. Ces différences apparaissent entre les individus du sexe opposé, et entre espèces complètement différent. Il a été noté que, parmi une espèce appelée Apteronotus bonapartii, même si "les mâles et les femelles produisent des signaux sonores d'une durée et le montant de la modulation de fréquence similaire ..., les hommes étaient plus susceptibles que les femmes pour produire gazouillis avec Peak fréquence différente ... "(I & Cox & Alves -Gomes & Smith, 2012, p.1055). Electrocommunication signaux diffère aussi entre espèces, par exemple, Ho et al. (2012) souligne que «[p] eruvian fi sh tendance à produire une fréquence plus élevée EOD poissons brésilienne .... taux Chirp, cependant, étaient plus élevés dans fi sh ... du Brésil qu'en fi sh du Pérou" (p . 1055). Dans une autre étude, on a réalisé que les longueurs d'onde exprimées par les membres de différentes espèces varie. Mormyrops zanclirostris possédait une longueur d'onde de 175 millimètres de longueur standard (SL). Ossirinco Sternarchorhynchus possédait une longueur d'onde de 220 mm de longueur totale. Mormyrus proboscirostris vagues de 232 mm de longueur standard émis. Les ondes électriques de Rhamphichthyssp étaient 305 mm TL. Mormyrops anguilloides avaient vagues de 195 mm SL. Et vagues Gymnotussp émis 195 mm TL (Lavoué et al, 2012, p.4).





Les signaux électriques émis par l'expérience change poissons faiblement électriques, en tant que résultat du développement, et dans le cadre de electrocommunication. Stoddard et de Markham (2008, P.422) ont mené une expérience afin d'observer et de trouver la cause des changements dans les formes d'onde de maturation Brachyhypopomus pinnicaudatus. Ils ont pris un échantillon de ces poissons, et injectés avec diverses hormones; on a découvert que l'hormone, la sérotonine, est responsable de ces changements. Serrano-Fenández (2003, p. 686) a surveillé les changements dans la fréquence des impulsions électriques entre les deux groupes de albifrons Apteronotus, achetés auprès d'un fournisseur de poissons tropicaux. Un groupe consistant en un poisson dominante, et l'autre, de ceux soumis. Le but de l'expérience était de déterminer dans quelle mesure l'interaction entre les individus de ces groupes a affecté les impulsions émises. Il a été observé que les acteurs dominants, faible différenciation se sont produites lors de l'interaction; compte tenu, entre les individus soumis, une fréquence plus élevée, et la durée des impulsions lors de l'interaction a été enregistrée.

L'électricité joue un rôle important dans nos vies. De même, il existe de nombreuses espèces de poissons qui sont connus pour communiquer en envoyant et recevant des impulsions électriques. Ils le font à travers les organes spécialisés; posséder des structures qui envoient des signaux électriques, et les organes qui les reçoivent. Les signaux d'un organisme capable d'envoyer sont influencés par l'espèce à laquelle ils appartiennent, et aussi par le genre organism`s. Cette forme de communication est utilisé dans de nombreuses situations différentes; par conséquent, a plusieurs fonctions. Electrocommunication est une forme sophistiquée de la communication qui a grandement répercutent sur la vie de poissons faiblement électriques, et, finalement, leur vie.


Références


Références

Baier, B., & Kramer, B. (2007). Communication électrique pendant la parade nuptiale et la reproduction chez deux espèces du même niveau de stonebasher nano d'Afrique du Sud, et P. Pollimyrus castelnaui Marianne (Mormyridae, Teleostei): preuve d'un code de communication ne est pas spécifique à l'espèce Comportement 144 (1 ), 115-142. Récupérée de www.brill.nl/beh

I, WW, et Fernandes, DC, et Alves-Gomes, JA, & Smith, GT (2010). Les différences de sexe dans les signaux de poissons électriques de Electrocommunication Apteronotus. Éthologie, 116 (11), 1050-1064. DOI: 10.1111/j.1439-0310.2010.01823.x.

Lavoué, S., et Miya, M., & Arnegard, ME, et Sullivan, JP, et Hopkins, CD et Nishida, M. (2012) Age comparable aux origines indépendantes de électrogenèse en Amérique du Sud et d'Afrique faiblement poissons électriques . PLoS ONE, 7,5, P1-18. DOI: 10.1371/journal.pone.0036287

Serrano-Fernandez, P. (2003). Fréquence augmente progressivement dans l'interaction noire couteau fantôme poissons, albifrons Apteronotus. Comp Physiol, 189, 685-692. DOI 10.1007/s00359-003-0445-8


Stoddard, P., et Markham, M.R. (2008). Cloaking signal pour poissons électriques. BioScience, 58 (5), 415-425. DOI: 10,1641/B580508

Quintana, L., et Pouso, P., & Fabbiani, G., & Macadar, O. (2011). Un stimulateur central qui est la base de la production de signaux sociaux dimorphisme saisonnier et sexuelle: anatomique et électrophysiologique. Journal of Comparative Physiology A: neuroéthologie, sensorielle, Neural et comportementale physiologie. 197 (1), 75-88. DOI: 10.1007/s00359-010-0588-3.

(0)
(0)

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha