Ils constatent le manque de connaissances sur les maladies rhumatismales

Plus 31, 2016 Admin Santé 0 9
FONT SIZE:
fontsize_dec
fontsize_inc

Un répondant sur deux considérés comme mal informés sur les maladies rhumatismales, qui souligne la nécessité de développer des campagnes de connaissance de ces maladies.

L'étude menée au niveau national et parmi les plus de mille répondants, met en évidence les principales conclusions que les Espagnols sont pleinement conscients du travail et l'impact social des maladies rhumatismales chez les patients. 90% des répondants croient que ces conditions ont un impact significatif sur la vie professionnelle des personnes touchées, ce qui réduit la capacité de travailler, et aussi pour la production d'invalidité permanente chez ceux qui souffrent.




Les maladies rhumatismales (ERS) sont les maladies chroniques et apporter une grande qualité sociale, économique et de la vie de ceux qui souffrent de l'impact et un coût élevé pour le système de santé. Selon l'Organisation mondiale de la santé, les exigences essentielles sont la cause la plus fréquente d'invalidité, pas mentalement origine dans le monde. En Espagne, ces maladies sont liées à l'50,7% du handicap et sont la principale cause de congé de maladie permanente.

Il se agit notamment des maux de dos, l'arthrose du genou et de la main, l'ostéoporose et l'arthrite rhumatoïde, une prévalence très élevée en Espagne et qui touche 22,6% des Espagnols âgés de 20 ans.

Malgré sa prévalence et l'impact sur la qualité de la vie, ER sont largement inconnue de la plupart de la population. Selon Rosario García de Vicuña, président de la Société espagnole de rhumatologie (SER), "il ya une grande ignorance à leur sujet aujourd'hui et mythes persistent, comme celui en face d'eux il n'y a rien à faire ou qui affectent seulement les gens supérieur ".

Le manque de sensibilisation de la population sur les exigences essentielles et en particulier des symptômes peut causer un retard de diagnostic et, par conséquent, les retards dans le traitement. Il en résulte moins de chance d'éviter des dommages structurels aux articulations, diminution de la qualité de vie et l'augmentation des coûts des soins de santé.

"Un diagnostic tardif peut supposer que les changements irréversibles ont eu lieu dans les érosions ou des malformations osseuses qui auraient pu être évités avec un traitement plus tôt", explique le Dr García de Vicuña, qui ajoute. "En outre, la déformation et la douleur, à la fois impact considérable de petites choses, et pas si petit, chaque jour, que la qualité de la vie qui ne peut être sérieusement endommagé."

En ce sens, Albert Jovell, président des patients espagnols Forum, est convaincu que le diagnostic tardif à l'urgence est due à «l'absence de conscience sociale, car il a donné la priorité aux plans de santé."

Meilleure connaissance de l'impact sur la qualité de vie et la capacité de travailler

Le but de la connaissance de la population espagnole dans les maladies rhumatismales est d'évaluer ce qu'ils savent citoyens espagnols ER et d'identifier les caractéristiques associées à cette connaissance comme une première étape pour éviter un diagnostic tardif et ses conséquences. Ce est une transversale, étude descriptive et analytique de l'arrestation nationale qui ont été interviewés 1009 personnes, dont 51% étaient des femmes, et de la tranche d'âge la plus fréquente était entre 30 et 44 ans (29%).

En fait, des trois étages de la connaissance analysé dans l'étude: l'impact social (prévalence de la maladie), les connaissances générales (quelles sont les maladies rhumatismales, symptômes, etc.) et spécifique (connaissance des maladies qui en vertu de cet accord désigner comme l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde, etc.); plus informés sur la population espagnole est sur l'impact social qui a une moyenne à élevée connaissances (6,2 sur 10).

Inversement, la connaissance des aspects spécifiques de maladies spécifiques est très limitée (1,8 à 10) et un point central est la connaissance sur les problèmes généraux avec 5,0.

Amélioration des connaissances sur les aspects généraux par les femmes

"60% de la population espagnole sait quelque chose, même minime, des exigences essentielles. Parmi ceux-ci, 90% d'entre eux savent qu'un parent ou une connaissance vous souffrez, et 43% peut atteindre maladie similaire," dit Paul Lazare, directeur des techniques de recherche avancée pour les soins de santé (TAISS) société qui a développé l'étude. Sur connaissances spécifiques, ER Espagnols sont plus arthrose (identifié comme ER 94%), la polyarthrite rhumatoïde (92%) et l'ostéoporose (76%) a informé. En revanche, très peu ER identifié comme ankylosante (54%) ou le lupus (10%).

Le niveau de connaissance varie selon l'âge, le niveau d'éducation, et le fait que l'organe de défendeur ou co-travailleur ou famille atteint d'une ER. "Un des résultats intéressants de la recherche est que les femmes connaissent plus que les hommes sur les aspects généraux et spécifiques des exigences essentielles, mais les hommes en savent plus sur les questions sociales», dit Paul Lazzaro, qui ajoute: "Probablement ce paradoxe peut se expliquer parce questions de questions sociales, y compris les questions de travail, et que, à son tour, certains ER sont plus fréquents chez les femmes. "Il ya aussi des différences selon l'âge, avec les retraités qui ont plus de connaissances, ce qui expliquerait pourquoi où les plus âgés, plus susceptibles d'avoir eu une ER ou connaissez quelqu'un qui a fait et, par conséquent, une plus grande connaissance.

Besoin de plus de campagnes d'information

Un autre résultat important de l'étude est le fait que un répondant sur deux se sentent mal ou très mal informé de l'ER, en particulier sur ses effets secondaires, qui souligne la nécessité de développer des campagnes pour le public sur ces maladies, qui, malgré son la diffusion n'a pas de stratégie nationale pour faire face à cela.

"Se il n'a pas défini une stratégie nationale des maladies rhumatismales est pas parce qu'ils ne sont pas fréquents, ou pourquoi pas affecté de façon significative la vie des gens, ce est le manque d'enthousiasme généralisé pour ces maladies qui se traduit par une diminution de la connaissance, les reléguant à la deuxième place, sans savoir que la bonne santé des articulations état général bonne santé et aptes à prendre sur les modes de vie qui peuvent affecter plusieurs niveaux », note à cet égard le président de l'époque qui conclut:« claire et fiable, la coopération entre les niveaux et de soutien autorités sanitaires évidentes sont les trois piliers, avec une bonne éducation à la santé de la population générale, peut grandement améliorer le pronostic de la maladie rhumatismale. "

Monter pour le projet de travail

"La connaissance de la population espagnole dans les maladies rhumatismales," l'étude est la première des activités qui sont développées en Espagne dans le cadre de la Fit for Work Project, l'institut britannique The Work Foundation développe dans 24 pays européens, avec le ' vise à analyser l'impact économique des maladies rhumatismales, et aider à améliorer la productivité et la qualité de vie des patients qui souffrent.

En Espagne, ce projet a le soutien de la Fondation Abbott et la Fondation Ramón Areces, en collaboration avec la Société espagnole de rhumatologie (SER) et les patients Forum espagnol. Dans les prochains mois, permettra d'étudier l'impact sur l'emploi des maladies rhumatismales et moyens d'améliorer la productivité et la qualité de vie des patients qui souffrent, et développera les étapes restantes qui nous mèneront, d'ici la fin de l'année, de présenter le rapport final espagnol, dont la taille et l'importance dépasse de loin celles menées dans d'autres pays européens qui font partie du projet initial "Fit for Work».

(0)
(0)

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha