L'excitation sexuelle exagérée et permanente ne est pas un plaisir, mais un trouble

Mars 13, 2016 Admin Santé 0 19
FONT SIZE:
fontsize_dec
fontsize_inc

Certaines femmes reconnaissent vivre en permanence excité, mais votre réponse était tout intérêt sexuel. Il arrive à l'achat, de boire du café avec des amis ou assis au travail. Le syndrome persistant sexuelle excitation (PGAD, pour son sigle en anglais) devient le plaisir de l'orgasme dans la frustration, la culpabilité ou le désespoir.

«Ce est une maladie rare caractérisée par la présence de la tension et de l'excitabilité des organes génitaux, mais aucun désir. Cette situation ne conduit pas toujours à un orgasme et même si elle le fait, le sentiment ne est pas disparaissent habituellement, reste en suspens», dit- Francisco Cabello Santamaria, directeur de l'Institut de sexologie et en psychologie andalouse.




Récemment décrit ce syndrome et est considéré comme un dysfonctionnement sexuel », comme il a été décrit dans le dernier consensus international tenu à Paris en 2003», explique le spécialiste a dit, et devraient être inclus dans un futur dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM, son sigle en anglais), dans laquelle tous les problèmes psychologiques sont compilées.

Non multiorgasmia

Les deux gynécologues et sexologues influencent ce syndrome ne doit pas être confondu avec la dépendance au sexe, caractérisé par le besoin constant de maintenir des relations ou anorgasmie, ou l'incapacité à atteindre l'orgasme. Il est également distinct du multiorgasmia, un phénomène qui ne est pas en soi pathologique et est basé sur la possibilité de remplir de façon répétée.

«Si une femme est stimulé et a quelques bons niveaux d'hormones peuvent avoir plusieurs orgasmes par jour», dit le médecin, psychologue et sexologue. En fait, cette semaine a mis en lumière si Michelle Thompson, un Britannique qui prétend avoir 300 orgasmes par jour.

PGAD L'essentiel est que les femmes qui souffrent sont dans un état constant preorgasmiche qu'en aucun cas est liée à la présence du désir sexuel. Loin d'être agréable, la sensation est désagréable et gênant. "Le sentiment ne est pas celle d'une excitation sexuelle normale et il est agréable, a plus à voir avec la douleur génitale," un patient dont le cas comprend «The Journal of Sexual Medicine.

La plus courante est que les femmes vont au bureau du gynécologue citant insatisfaction ou la douleur pendant les rapports sexuels et aucun contrôle permanent. "Dans ma carrière, 26 ans, je ai vu la plupart des trois cas", a déclaré Cabello Santamaria. «Je ai vu que le cas d'un homme qui a éjaculé fréquemment," dit Lourdes Parajón, psychologue Ruber Internacional (Madrid).

Une grande inconnue

Plutôt peu est connu d'un trouble qui a été liée à la présence de malformations ou de tumeurs dans la région génitale; à la consommation de médicaments psychotropes (comme certains antidépresseurs); des changements dans vasculaires, problèmes neurologiques ou d'épilepsie. "Un patient a cela, a également eu pour anesthésier pour qu'il puisse supporter.

Après plusieurs tests, nous avons réalisé qu'il était épileptique et que l'excitation était lié à celui ", a déclaré Javier Aja, de gynécologie et d'obstétrique, Hôpital universitaire de Santa Cristina de Madrid.

Pour le directeur de l'Institut de sexologie andalouse, "les patients se situaient entre 30 et 45 ans et utilisé pour présenter cette excitabilité, avec un jingle, la tension soutenue génitale, en particulier quand ils étaient somnolent ou fatigué." Cette circonstance est assez surprenant que l'épuisement est souvent un facteur de contraste de l'excitation sexuelle.

Le manque actuel de l'étiologie, ou les causes de ce syndrome se traduit par un manque de protocoles. Alors que dans le cas des femmes épileptiques a choisi de traiter créé pour traiter la maladie neurologique la visée ci-dessus, dans la plupart des cas, les professionnels sont perdus et décident d'essayer différentes thérapies: anesthésiques locaux associés au menthol - "qui offrent un sentiment de frais ", a déclaré le spécialiste Andaluz-; sérotonine inhibiteurs de la recapture (qui d'ailleurs aussi considérés comme une cause possible de la maladie) ou médicaments hormonaux anti-androgènes.

«Je suis venu de dormir avec un sac de glace entre ses jambes," l'étude des patients protagoniste dans la revue de la Société internationale de médecine sexuelle.

Le counseling est une autre option étant la plus recommandée. "Il semble que sa sexualité était un enfant et érotisée. Je suis excité, par exemple, tout en croisant les jambes. Ce est similaire à ce que les enfants, qui ont des orgasmes qui correspondent à aucune stimulation sexuelle se produit. Juste obtenir le plaisir physique ne émotionnelle.

Le mécontentement qui produit ces femmes peuvent être terrifiante ", dit Rosario psychologue clinicien et sexologue Brown Palacios Institut (Madrid). En fait, de nombreux patients finissent par tomber dans une dépression et même le suicide présentation des idées. Son état empiète pleinement à leur vie quotidienne et pas seulement les empêche de vie normale, mais interfère également dans leurs relations. "

Souvent accompagnée par des sentiments de honte, de culpabilité, la frustration, l'anxiété et une réduction générale de la satisfaction sexuelle ", a déclaré Cesare Battaglia, auteur d'une étude sur le sujet, publié dans le Journal of Sexual Medicine. Il y décrit le Par 29 ans femme et un lien possible entre la dysfonction sexuelle et un antidépresseur (trazodone) se pose.

L'article scientifique ci-dessus, signé par Stefano Battaglia et Venturoli, les deux membres de l'Université de Bologne (Italie), met en lumière une autre cause possible de la maladie.

Après avoir effectué divers tests médicaux peuvent identifier que le patient avait une érection clitoridienne similaire à celle présentée chez les hommes avec des érections péniennes ou priapisme pris en charge. En fait, l'un des principaux obstacles à l'approche de ce syndrome, ce est qu'il est possible d'observer des symptômes physiques évidentes, comme cela se produit chez les hommes.

Conseils pour une vie sexuelle saine

L'orgasme est le top en regardant tous les partenaires sexuels. Chez les femmes, comme Francisco Cabello Santamaria, directeur de l'Institut Andalou de sexologie et en psychologie, est "une mini crise dans le septum explique ;. orgasme se produit dans le cerveau, les stimuli neurologiques est ensuite transmis à la zone vaginale où provoque cinq à 15 contractions, au intervalles de 0,8 secondes. "Que pouvez-vous faire pour assurer leur apparence? Les experts donnent quelques conseils.

  • Sentiments. "Le principal organe sexuel est le plaisir du cerveau, vous donne non seulement la région génitale, mais aussi émotionnel," le gynécologue María Jesús portes, Hôpital de l'Université de Guadalajara.
  • Communication: Dans les relations sexuelles ne valent pas tabou. Pour jouir d'une bonne communication avec votre partenaire est essentiel. "Vous devez avoir ce que nous aimons, et sur cette base pour créer une carte sensorielle. Et, de temps en temps de modifier le script, créer des fantasmes érotiques" propose Cabello Santamaria.
  • Régime alimentaire et exercice: Etre en surpoids, le tabagisme et le manque d'exercice peut devenir un obstacle dans le sexe.
  • Détendez-vous: le stress mental et le niveau de nervosité sur les problèmes de tous les jours sont aussi des ennemis de la plaisir. En fait, il semble que les meilleures relations sont maintenus dans leur temps libre.
  • Contraceptifs: à la fois pour prévenir les grossesses non désirées et les maladies sexuellement transmissibles, le couple devrait discuter et de résoudre la question de la contraception. Il, elle, ou les deux doivent agir.
(0)
(0)

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha