Le Gouvernement basque va investir dans les vaccins plus de 9 millions d'euros en 2009

Avril 2, 2016 Admin Santé 0 4
FONT SIZE:
fontsize_dec
fontsize_inc

Le ministère de la Santé prévoit d'investir en 2009 plus de € 9.000.000 de vaccins inclus dans le programme de vaccination. L'an dernier, après avoir intégré le vaccin contre le papillomavirus chez les filles, ont été mis dans cette région 532 000 doses.

Le sous-ministre de la Santé, Rafael Cerda, a présenté cette information lors de son discours à la Conférence sur les vaccinations qui ont eu lieu hier à Bilbao, en Espagne, organisé par la Direction de la santé publique et le Comité consultatif de l'immunisation d'Euskadi.

En ouvrant la conférence, Cerdán noté que l'administration systématique des vaccins est "l'une des actions de santé les plus efficaces en termes de gain de la prévention et de la santé maladie» et est «probablement beaucoup plus d'impact sur la santé sur la santé publique, après purification de l'eau ".




Parmi ces innovations, a souligné le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) ou contre l'Haemophilus influenzae de type b, "un pionnier dans son jour de l'Etat espagnol".

Actuellement, le programme de vaccination comprend 13 antigènes: BCG (tuberculose), la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, l'hépatite B, hamophilus influenzae b, méningocoque C, la rougeole, la rubéole, les oreillons, la varicelle et le papillomavirus (filles). Basé sur les données fournies par Cerdan, chaque année, environ 20 000 enfants intègrent sur le programme de vaccination, qui se déroule jusqu'au 16 ans.

L'année dernière, après l'incorporation des jeunes filles contre le vaccin papillomavirus, environ 532 000 doses du programme de vaccination du vaccin obtenu. «Un enfant qui est maintenant intégré dans le programme de vaccination aura jusqu'à 16, 13 actes de vaccin (trois filles, le vaccin contre le papillomavirus)", a déclaré Cerda, qui a noté que le cas «très bon» et que dans le La plupart des antigènes, monter "plus de 90%" et plusieurs vaccins "avoir une couverture supérieure à 95%."

Il a également dit que «l'effort» dans cette affaire ", a eu un impact sur les niveaux de la santé» de la communauté, de sorte que "il ya eu une réduction de l'incidence de nombreuses maladies." Parmi ces résultats, il a mentionné que "pendant des années ne existe pas dans les cas de diphtérie ou la polio Euskadi sauvage", qui est "sur la bonne voie pour éliminer la rougeole», qui a chuté de 85 pour cent des cas d'hépatite B, et "un réduction significative "de l'incidence d'autres maladies.

Les programmes de vaccination ont connu au cours des dernières années, "une augmentation significative dans le budget," comme il est venu à un coût en 1998 d'environ 1,2 millions d'euros pour l'achat de vaccins pour le montant estimatif des dépenses pour l'année 2009000000000-9000000000 d'euros pour les vaccins d'immunisation programme. Le sous-ministre de la Santé a reconnu qu'il existe différents vaccins "frappent à la porte" du programme de vaccination. "Peut-être la fois la varicelle chez les enfants les plus susceptibles" (désormais à 10 ans).

(0)
(0)

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha