Les femmes sont plus sensibles au stress que les hommes

Plus 6, 2016 Admin Santé 0 4
FONT SIZE:
fontsize_dec
fontsize_inc

Neuf pour cent des femmes souffrent de dépression, presque trois fois plus que les hommes, selon les experts de la santé et la médecine IV femmes, coordonné par l'Institut Palacios Santé et Médecine femmes.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que chaque personne a jamais dans la vie plus ou moins sévère épisode dépressif. Une des causes les plus importantes est le stress qui se développe de manière significative chez les femmes. Parmi les facteurs qui ont un impact plus important sur les femmes, explique le Dr Jesús de la Gandara, chef de la psychiatrie Burgos comprennent les principales responsabilités à la maison et au travail, mère célibataire, se occuper des enfants et des parents âgés, travail bien fait à la maison .




«Le stress et la dépression augmentent lorsque les femmes jouent un triple rôle dans la société: une femme au foyer, se occupe de leurs enfants et travaillent aussi en dehors de la maison», dit l'expert. Les femmes consacrent en moyenne deux tiers de leur temps à des activités non rémunérées, tandis que les hommes ne tiers.

On soupçonne que un certain nombre de facteurs propres à la vie des femmes jouent un rôle important dans la dépression, mais il est presque toujours un événement stressant qui déclenche un épisode dépressif spécifique, explique le Dr De La Gandara. L'incidence est plus élevée pour les séparés ou divorcés, et moins de se marier; une plus grande mesure que les hommes. La qualité d'un mariage, cependant, peut contribuer de manière significative à la dépression.

Des études ont montré que l'absence d'une relation d'intimité et de confiance, combinée avec de graves problèmes conjugaux sont liés à la dépression chez les femmes. En fait, les taux de dépression d'incidence sont plus élevés chez les femmes ayant des mariages malheureux.

D'autres facteurs qui peuvent déclencher émotionnels problèmes relationnels sont causées par une diminution de l'intérêt sexuel, qui à son tour est relié à la sécheresse vaginale; la solitude, parce que les enfants sont grands et partis de la maison, les changements physiques dus à une hystérectomie ou connaît d'autres affections graves telles que l'ostéoporose ou des problèmes cardio-vasculaires.

Affectent également la plus forte prévalence de la dépression chez les femmes hormonaux, génétiques, les influences environnementales, certaines caractéristiques psychologiques et de la personnalité et, surtout, le système endocrinien et les événements de la reproduction.

Selon le Dr de La Gandara, "il ya beaucoup de fois où la dépression est présente, en particulier celles relatives à l'évolution du cycle de reproduction:. Ménarche, la menstruation, la contraception, la grossesse, l'accouchement, l'allaitement et la ménopause sont stades de plus en plus critiques, de transit, où les facteurs biologiques, psychologiques et sociaux qui constituent un risque pour la stabilité émotionnelle des femmes se trouvent. "

En outre, il ajoute: «il ya une relation claire entre le cerveau, les hormones et le comportement sexuel, qui explique en grande partie les caractéristiques associées aux femmes de troubles émotionnels."

Les périodes les plus à risque

Tout au long de la vie de la femme, il ya plusieurs moments où il est plus vulnérable à la dépression, si légère, modérée ou sévère, ces périodes sont la grossesse à l'accouchement et la ménopause, en particulier l'accent sur le risque majeur est la périménopause (quatre ans avant la ménopause), a déclaré le Dr Santiago Palacios, président de l'Association espagnole pour l'étude de la ménopause.

"La ménopause est influencée par les croyances et les attentes des femmes concernant les symptômes se attendre à», dit-il. L'acceptation de soi est plus ou moins «dépendra largement de ce qui a été réalisé effectué long de la vie, en relation avec les attentes sociales, et ce sera un facteur déterminant en cas de chute ou moins dans un état de dépression," dit sa part, le Dr De La Gandara.

Quant à la grossesse et à l'accouchement "pose des changements physiologiques et psychologiques graves, potentiellement stressante." Pendant la grossesse psychiatrique morbidité augmente entre 20 et 40%; et 10% décrivent épisodes dépressifs avec l'accouchement.

Elle influe également sur l'éducation sentimentale, explique le Dr Enrique Rojas, professeur de psychiatrie à l'École de psychologie de l'Université Complutense de Madrid: "Les femmes de nos médias occidentaux a plus d'affection et une plus grande sensibilité au monde de mélancolie que l'homme, qui est moins émotionnelle et moins apprécié est sentimental. "

Cependant, les causes spécifiques de la dépression chez les femmes ne sont pas claires, car de nombreuses femmes qui ont été exposées à ces facteurs ne souffrent pas de dépression. Selon cet expert, "les différentes hypothèses ont été trouvé que cette maladie est due à un déséquilibre chimique complexe du cerveau, où il a été vérifié que la cause de cette maladie sont des substances qui transmettent les impulsions dans les neurones."

Diagnostic de panne

On estime que seulement 20% des femmes souffrant de dépression est diagnostiquée et les 80% restants peut passer une vie de tristesse, de culpabilité, des troubles du sommeil et de l'appétit, perte d'énergie et le manque d'attention et de concentration, affecte plus ou moins en leur qualité de vie.

"Une dépression non diagnostiquée est très susceptible de devenir chronique," explique le Dr Rojas, qui se traduit par un pronostic et un traitement plus pauvres. Un tiers seulement des dépressions ne dépassant pas peut être résolu par eux-mêmes après une période d'évolution. Les deux autres tiers progressent vers la chronicité.

Il n'y situations dissimulées de violence et l'alcoolisme, qui présentent des symptômes dépressifs. Le rôle traditionnel des femmes influencent la maladie se heurte souvent à silencieux. Parfois, le patient se plaint de symptômes physiques tels que des maux de tête ou des troubles gastro-intestinaux.

Il existe des preuves, disent les experts, que la dépression affecte le système immunitaire et le risque relatif de dépression non traitée a plus à ne importe quelle maladie, y compris les maladies infectieuses et le cancer.

Selon Enrique Rojas, 15-20% des patients déprimés à risque de suicide, ce pourcentage augmente lorsque la dépression est plus ou cronificada. La gestion de la dépression, selon le médecin-Rouge, nécessite une approche multifactorielle qui comprend la pharmacothérapie appropriée, la psychothérapie avec l'aide de lignes directrices professionnelles d'apprentissage et de vie.

(0)
(0)

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha