Une étude montre l'efficacité de l'obésité anti-liraglutide

Plus 18, 2016 Admin Santé 0 10
FONT SIZE:
fontsize_dec
fontsize_inc

Une liste des médicaments anti-obésité ne empêche pas les candidats potentiels. Ce dernier est liraglutide, un médicament développé à l'origine pour le traitement du diabète de type 2, a démontré la capacité de produire la perte de poids pour les obèses.

Selon les résultats d'une étude préliminaire, le médicament peut être la dose la plus efficace -en plus élevé que le orlistat déjà commercialisé.




La recherche, qui apparaît cette semaine dans l'édition en ligne de The Lancet et a été parrainé par la société qui fabrique le produit -Novo Nordisk- comparé les résultats de la drogue (en doses injectables de 1,2 mg, 1,8 mg, 2,4 mg et 3 mg) à un placebo par voie orale et ledit médicament anti-obésité dans un échantillon de 564 sujets non diabétiques de 19 sites en Europe.

En plus de la thérapie médicamenteuse, tous les participants ont suivi un régime faible en calories et un programme d'exercice lors de l'analyse à 20 semaines.

Les résultats ont été encourageants pour le liraglutide, à partir du moment que les patients traités avec ce médicament, en particulier à des doses élevées a atteint une perte de poids supérieure par rapport au reste. Ces patients ont réussi à réduire entre 4,8 et 7,2 kg (plage dépend de la quantité de produit ingéré), tandis que ceux qui ont continué le traitement avec l'orlistat perdu £ 4,1. Pendant ce temps, les participants qui ont reçu le placebo ont réduit leur poids de 2,8 livres.

Dans leurs travaux, les chercheurs, mettent en évidence l'efficacité de la dose la plus élevée de la drogue. "76% des sujets traités avec 3 mg de liraglutide a perdu plus de 5% en poids, et près de 30% ont obtenu des réductions de 10% après 20 semaines de traitement," les auteurs, dirigés par Arne Astrup rappellent Université de Copenhague ( Danemark).

Felipe Casanueva, directeur scientifique du Centre de recherche biomédicale Réseau-physiopathologie de l'obésité et de la nutrition (CIBERobn) et professeur d'endocrinologie à l'Université de Santiago de Compostela, "cette réduction de poids est énorme. Si un patient perd 5 % de son poids est considérablement réduit leur risque cardiovasculaire. Notre but ne est pas d'obtenir le patient d'avoir autant de poids quand je étais jeune, mais il perd le montant nécessaire pour réduire le risque. "

Aucun médecin d'armes pour lutter contre

Selon ce spécialiste, l'apparition sur le marché d'un nouveau médicament anti-obésité sera largement saluée. "Nous avons pandémie mondiale d'obésité et de diabète seront par la suite d'autres de type II. Nous avons besoin de toute urgence davantage de médicaments et les institutions publiques pour encourager le développement de nouveaux produits.

En Espagne, le système de santé n'a pas financé un médicament pour réduire le poids et qui se traduit par un concept que l'obésité ne est pas une maladie, et ce ne est pas ainsi. Ceci implique également un risque accru de développer de nombreuses maladies. "

Dans cette étude, on a également observé que les avantages de médicament anti-obésité ont été accompagnés par des réductions de la pression artérielle, le tour de taille et la fréquence des problèmes que le prédiabète.

Cependant, les effets secondaires étaient plus fréquents chez les patients traités avec le liraglutide. Nausées et vomissements sont les problèmes les plus courants, bien que dans la plupart des cas, ils sont apparus de façon transitoire.

"On attend de ces effets, en commun avec d'autres médicaments et conduisent rarement à l'arrêt du traitement. En outre, ce qui a été observé dans d'autres médicaments similaires, ce est que ces effets se produisent dans les premiers stades de la thérapie et disparaissent progressivement," dit Felipe Casanueva.

Bien que satisfait des résultats de leurs travaux, les chercheurs reconnaissent que les études cliniques à long terme qui analysent en profondeur les effets de liraglutide sur le poids sont nécessaires, les facteurs de risque cardiovasculaire, en plus de son rôle possible dans la prévention du diabète.

De même George A. Bray montré, le Pennington Biomedical Research Center (Louisiane, Etats-Unis), qui a également dans The Lancet suggère les complications possibles d'un médicament qui nécessite une injection à une bonne administration.

Dans son commentaire, Bray a noté que l'étude menée par Astrup ERA significativement inférieur à celui rapporté par d'autres études décrites orlistat, de sorte que ce point devrait être abordée en profondeur dans de nouveaux emplois.

(0)
(0)

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha